dimanche 26 août 2012

Le Dernier Jardin - Lauren DeStefano : Éphémère

Informations:

Auteur : Lauren DeStefano
Saga : Le Dernier Jardin
Éditions : Castelmore
350 pages
13,10 €

Quatrième de couverture :

L'humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n'est plus qu'un souvenir. Au nom de la survie de l'espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n'a qu'une idée en tête : fuir. Qu'importe l'amour que lui portent son mari et ses sœurs épouses. Quand on n'a que quelques années à vivre, la liberté n'a pas de prix.

Mon avis :

C'est alors que je n'étais pas du tout parti pour l'acheter que le premier tome du Dernier Jardin a croisé ma route. Il faut dire que cette sublime couverture, alliée à une quatrième des plus alléchantes et à un prix plus qu'abordable (pour un grand format), a très vite mis à mal mes résolutions... J'attendais donc beaucoup de ce premier tome, et trop impatient pour le laisser plus longtemps dans ma PAL, je me suis empressé de l'y sortir ! Pourtant, cette lecture est loin de m'avoir convaincu - à l'inverse de beaucoup de blogueurs ; elle fut même quelque peu laborieuse. 

Dans cet univers aux saveurs post-apocalyptiques, nous suivons Rhine, jeune femme de 16 ans qui vit avec son frère jumeau, dans un Manhattan dégradé où il ne fait pas bon de se promener seul. Depuis que leurs parents sont morts, ils tentent de survivre à ce monde dans lequel hommes et femmes ne dépassent pas 25 et 20 ans ; folle ambition des Hommes qui, en voulant se soustraire aux maladies qui les rongeaient, n'ont réussi qu'à condamner leurs enfants à une vie extrêmement courte. C'est lorsque ce mystérieux virus s'est déclaré que les Ramasseurs ont commencé à apparaître. Êtres humains prêts à tout pour se faire de l'argent, ils n'hésitent pas à enlever des jeunes femmes pour les vendre à des hommes fortunés, lorsqu'elles ne sont pas cédées à des bar de prostituées ou, pire encore, tuées parce que jugées inexploitables... C'est ainsi que Rhine est un jour kidnappée, puis vendue au gouverneur Linden. Elle n'aura dès lors qu'une ambition : fuir et retrouver son frère, qu'importe ce qu'il lui en coûtera. Mais, tapis dans l'ombre des sous-sols du manoir, où il semble mener de macabres expériences, Maître Vaughn veille à ce que les épouses de son fils ne s'échappent pas...

Comme je vous le disais plus haut, l'univers est en lui-même très intéressant. J'aime beaucoup ce genre d'ambiance sombre, et lorsque j'ai entamé ma lecture, je ne vous cache pas que j'étais enchanté. Le livre nous pousse à réfléchir sur les limites de la science, et bien que Lauren DeStefano ne soit pas la première auteure à aborder ce thème, elle le fait de manière originale, ce qui est un bon point. Les premiers chapitres ont conforté mon impression : Percutants et bourrés de révélations sur ce monde dystopique, ils n'auguraient que du bon pour la suite. Pourtant, j'ai bien vite déchanté. Car parvenu à la moitié du livre, il ne s'était toujours rien passé d'intéressant, et l'intrigue était clairement stagnante. Il y a un petit mieux dans la deuxième partie du roman, mais pas de quoi nous donner l'envie d'avaler la suite sans interruption. Bien que le bouquin fasse 350 pages (avec des marges confortables et une taille de police assez conséquente), j'ai mis énormément de temps à le finir. Je pensais sincèrement qu'on aurait dans ce premier tome des réponses à nos questions (que fait Maître Vaughn dans les sous-sols du manoir ?), mais plus j'avançais dans ma lecture, plus je sentais la déception pointer le bout de son nez. Le fait est qu'on n'a aucune réponse (ou du moins si l'on en a, ce n'est pas celles qu'on attendait). Et je ne vous parle pas de cette fin ô combien prévisible et précipitée...

Pour ce qui est des personnages, j'ai trouvé qu'ils étaient dans leur ensemble plutôt réussis. Rhine et Linden sont vraiment touchants, de même que Jenna et Cecily, les deux autres sœurs-épouses. Maître Vaughn est quant à lui très convaincant dans son rôle de beau-père mauvais et sadique, même si j'ai trouvé dommage que l'auteure n'exploite pas plus cette intrigue de sous-sols. En revanche, s'il y a bien un personnage qui m'a semblé lisse et sans consistance, c'est Gabriel. Sa relation avec Rhine m'a paru bien trop superficielle pour être véritablement émouvante. Du coup, elle m'est passée complètement au-dessus. Peut-être sera-t-elle plus approfondie dans le deuxième tome ?

Autre point positif : la plume de l'auteure. Poétique et imagée, elle a vraiment su rattraper la faiblesse de l'intrigue, et je me dis même que s'il n'y avait pas eu ça pour relever le niveau du livre, je ne l'aurais peut-être pas terminé ! La narration à la première personne est à mon sens parfaitement justifiée : elle embellie l'histoire et parvient parfois même à la rendre plus touchante. Mais on ne peut définitivement pas s'empêcher de tiquer devant la faiblesse évidente du scénario.

Pour conclure, je dirais que cette lecture a été en demi-teinte. J'ai apprécié l'univers, les thèmes abordés par l'auteure ainsi que sa plume, mais la faiblesse de l'intrigue m'aura vraiment ennuyé. Bien que les personnages soient pour la plupart réussis, il reste tout de même que certaines relations sont trop peu développées (je pense notamment à Rhine et Gabriel) et que beaucoup de questions demeurent sans réponses. J'ose croire que c'est parce qu'il s'agit d'un premier tome, et j'attends donc beaucoup de la suite ; j'espère ne pas être déçu.



Le petit extrait qui fait envie :

« La liberté, Gabriel. Voilà ce que m'offre le monde extérieur, et qu'on me refuse ici. »

« Il entrelace ses doigts avec les miens, et je l'y autorise ; je sens la moiteur de sa paume contre la mienne. Chaude. Vivante. Je finis par comprendre que je m'agrippe à lui tout autant qu'il s'agrippe à moi. Nous voici tels qu'en nous mêmes, deux petites choses mourantes, dans un monde finissant comme tombent les feuilles à l'automne. »

8 commentaires:

  1. Elle n'est pas sensationnelle mais c'est une lecture que j'ai quand même trouvé sympathique et je suis curieuse de lire le second tome, qui, paraît-il, est meilleur ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à ce qu'il parait l'action est plus présente :) J'espère que c'est vraiment le cas, parce que c'est ce qui manquait clairement à ce premier tome ^^

      Supprimer
  2. Ephémère est l'une des dystopie que j'ai beaucoup apprécié. J'ai trouvé la prose de l'auteur très poétique et l'univers bien ficelé. Les personnages également. Bref, un très bon roman. Le tome 2 est génial également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'univers est très bien ficelé et que la plume de Lauren DeStefano est très belle. Mais j'ai vraiment été gêné par ce manque d'action constant :/ À voir avec le tome deux qui, à ce qu'il parait, est mieux ;)

      Supprimer
  3. J'ai très très envie de le lire celui-là.. Je ne sais pas quand je vais pouvoir mais il faut que je le cale rapidement x) Je m'attends à beaucoup alors j'espère l'aimer plus que toi ;) lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est parce que je m'attendais à trop que je ne l'ai pas apprécié xD ! Car beaucoup l'ont aimé ^^

      Supprimer
  4. Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira plus qu'à moi ;)
      Bises !

      Supprimer

Envie de commenter ? C'est par ici !